Warning: file_put_contents(/homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/../client/cache/parseur/3eb53d00e16b8568eaa494307b9c9eb8.cache): failed to open stream: Disk quota exceeded in /homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/parseur/Analyse.class.php on line 129
Plobannalec - Lesconil Finistère Sud

Plobannalec - Lesconil


Plobannalec - Lesconil Plobannalec - Lesconil Plobannalec - Lesconil

Plobannalec et Lesconil, bien que distantes de 2-3 km, font partie de la même commune : Plobannalec étant tourné vers l'agriculture et les terres et Lesconil vers la pêche et la mer. Ce n'est d'ailleurs que depuis 2001 que la commune porte officiellement le double nom. De nos jours, même si les langoustiers sont encore là pour nous régaler, la commune s'est davantage développée autour du tourisme avec son port de plaisance et son école de voile.

Historique

Le territoire est un site habité depuis longue date si l'on en croit les mégalithes encore présentes et toutes celles dont il ne reste malheureusement qu'une partie. La commune s'est faite discrète dans les siècles qui ont suivi, hormis sa participation active pendant la révolte des Bonnets Rouges, comme c'est le cas de beaucoup de communes du Pays Bigouden.

Au début du XIXème siècle, Lesconil n'était qu'un hameau côtier, au pied de l'aber du Steir, et doté d'un tout petit port, servant aujourd'hui aux petits bateaux. C'est à ce moment qu'est créé le sémaphore de Lesconil. Au même moment, les habitants de Plobannalec, non contents des rentes agricoles, se tournent de plus en plus vers la pêche.

La construction d'un autre port, le port actuel, est lancée en 1878. Celui-ci aide aux déchargements des bateaux dans cette zone difficile d'accès, mais se consacre là encore au sauvetage. Puis c'est la création de conserveries, d'une école de pêche et d'un atelier de construction de bateaux qui s'ensuit, conserveries qui connaîtront moults grèves des travailleurs, à tendance communiste à l'époque, revendiquant une augmentation des salaires accordée partout ailleurs sauf à Lesconil. Beaucoup de bateaux portaient d'ailleurs des noms explicites tels que Karl Marx, Exploité de la Mer ou encore Esclave du Riche. En 1905 un feu fonctionnant au pétrole, est installé sur l'îlot Men ar Groaz. Puis, petit à petit, le port moderne est aménagé : digues, quais, dragage, criée, électrification du feu de Men ar Groaz, faisant de la baie exposée aux vents et aux courants, un endroit protégé, et développant davantage les activités maritimes.

Depuis, l'agriculture autant que la pêche sont en recul dans la région, ce qui fait de Lesconil le plus petit et le moins industriel des ports bigoudens. Les langoustiers, parmi les autres pêcheurs, vendent le produit de leur pêche directement sur le port tous les jours vers 16h30. C'est un spectacle étonnant que de voir marins-pêcheurs et touristes se côtoyer pendant le déchargement, dans la criée, et échanger afin de répondre aux questions gentiment posées.

Visites

  • Le Manoir de Kerhoas, typique des domaines agricoles et seigneuriaux du XVIème siècle en Cornouaille. Aujourd'hui une propriété privée, on peut cependant y accéder durant la Fête des Vieux Métiers et du Patrimoine en juillet.
  • Le site mégalithique de Quélarn, ancien site de grande importance, des fouilles ont montré qu'il était composé de 6 dolmens et de longs couloirs menant à une chambre géante de 8 m sur 8, ainsi que de 27 tombes. Des menhirs et un seul dolmen (dol-men = table de pierre) intacts sont visibles aujourd'hui.
  • L'îlot de Men ar Groaz. Le lieu dit Menez Groaz, qui n'est plus qu'un terrain vague au bout de la criée, semble pourtant avoir joué des rôles importants dans les croyances de la commune. Il semble avoir hébergé un monolithe étrange, certainement phallique, sur lequelle les femmes désireuses d'enfanter venaient s'appuyer pour voir s'exaucer leurs voeux. C'était une pratique très répandue dans tout le territoire bigouden au début du XXème siècle encore. D'autres études de cartes maritimes démontrent qu'une croix, symbole de la victoire du christianisme sur le paganisme) aurait été érigée par la suite à cet endroit. Puis vers 1920 ce lieu aurait porté le nom de "Roche aux Sorcières", les femmes venant y faire d'étranges incantations pour favoriser une fois encore leur procréation. Entre légendes et études sérieuses, il est aujourd'hui dépourvu de tout monument n'en est certainement pas pour autant dépourvu de mémoire...
  • La Fête de la Langoustine sur le port le deuxième week-end d'août avec ses dégustations, ses concerts et son feu d'artifice


A noter aussi

Le Manoir de Kerlut, l'ancien sémaphore transformé aujourd'hui en office de tourisme, l'église Saint Alour de Plobannalec, les dolmens de Kervadol et de Kervignon, et le Menhir couché (anciennement englobé dans une grange) de Kerdalaë-Plonivel. 

Plages : la petite plage en face des Sables Blancs est la seule à faire partie de la commune, mais d'ordinaire, les gens se dirigent vers la plage des Sables Blancs (commune de Loctudy) ou la Grande Plage vers l'ouest sur la commune de Tréffiagat.  
Activités Nautiques : école avec dériveurs, voiliers, planches à voile, kayaks de mer.   
Port de plaisance