Warning: file_put_contents(/homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/../client/cache/parseur/faf3461639529db9199c1ed493ce43f7.cache): failed to open stream: Disk quota exceeded in /homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/parseur/Analyse.class.php on line 129
Tréguennec Finistère Sud

Tréguennec


Tréguennec Tréguennec Tréguennec

Tréguennec est une commune de la Baie d'Audierne, alliant des zones protégées de marais et d'étangs, et les paysages littoraux avec sa plage, ses dunes et ses galets. 12 km de randonnées vous feront découvrir la faune, la flore et les monuments de la commune, en toute tranquillité. Quant aux amateurs de vagues, ils pourront s'initier aux sports nautiques ou profiter de la baignade surveillée.

Historique

Tréguennec est érigé en paroisse au XIVème siècle. Elle dépendait précédemment de l'ancienne commune de Plounéour-Lanvern ou de Beuzec-Cap-Caval, aujourd'hui disparue. L'église Notre-Dame-de-Pitié, alors une chapelle, est construite à partir de 1537. Tréguennec est une des communes ayant été mise à sac durant la répression qui suivit la Révolte des Bonnets Rouges. Le clocher de l'église fut décapité et des rebelles exécutés.

L'autre grande période de Tréguennec se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le site, occupé par les Allemands, devient le premier fournisseur de matériau de construction pour une grande partie du "Mur de l'Atlantique". Les Allemands tirent profit du cordon naturel de galets qui s'étendait sur 10 km de Penhors à la Pointe de la Torche et d'une largeur moyenne de 50 m en construisant une usine de concassage de ces galets, alors transformés en matériau de construction. 

Visites

  • L'église Notre-Dame-de-Pitié construite au XVIème siècle, a connu au fil du temps, de nombreuses transformations : ajout d'une sacristie et d'un porche, d'une chaire à prêcher, d'un confessional, ... Mais ce n'est qu'en 1864 qu'elle retrouve son clocher, sur les plans de l'architecte Bigot, qui avait été détruit, comme cinq autres, lors de la répression de la Révolte des Bonnets Rouges. Un morceau de granit de forme cylindrique se trouve encore au pied d'un mur de l'église. Il est fort probable que ce morceau soit un vestige de l'ancien clocher décapité.
  • Le concasseur de galets de Prat ar Hastel, en bord de mer. Aujourd'hui, on peut voir un ensemble de grands murs rectangulaires et imposants, dont un de 150 m de long, ainsi que des restes de trémies, vestiges de l'usine de concassage de galets construite en 1942 par les Allemands. Entre la mer et les marais se trouve, à Tréguennec, un important cordon naturel de galets de 10 km de long sur 50 m de large. Les Allemands ont besoin de matériau pour agrandir la gare de Quimper, développer les chemins de fer en Finistère et surtout construire les blockhaus et tout le système de défense de ce qui sera le "Mur de l'Atlantique". 
    Les galets sont acheminés en wagonnets jusqu'au concasseur, puis triés par trémies, séparant les petits utilisables tels quels des plus gros destinés au concassage. Ils sont ensuite acheminés en train jusqu'à Pont-l'Abbé, puis envoyés au quatre coins du Finistère. C'est un véritable pillage des ressources naturelles auquel s'adonnent alors les Allemands, le cordon ayant déjà été reconnu fragile et inexploitable sur la commune de Plovan en 1934. L'extraction produit 50 mètres cubes par mètre de cordon dunaire, qui n'affiche plus que 30 m de largeur à certains endroits.
    A la Libération, le stock de galets acheminés vers l'usine laissé par les Allemands pose question. Au vu des besoins de la reconstruction, notamment celle de la ville de Brest et de ses artifices portuaires, il est décidé de remettre en fonctionnement le concasseur, jusqu'à épuisement du stock laissé sur place. L'usine fonctionne donc à plein temps de mai 1946 à fin 1947. C'est le service maritime qui met le holà à l'exploitation à la fin du stock, affirmant qu'un affaiblissement supplémentaire du cordon rendrait inondables les zones riveraines. L'usine est donc démantelée. Mais les grandes marées de 1948 abîment énormément le cordon dunaire affaibli sur 2 km, entre l'usine et l'étang de Trunvel.
  • La chapelle de Saint Vio est la plus petite du Pays Bigouden, mais non la moins charmante. Son charme tient à sa taille, mais aussi à son emplacement (au milieu des dunes) ainsi qu'à son clocher recouvert de lichen. Non loin se trouve la Pierre hémisphérique de Saint Vio, sur laquelle Saint Vio aurait traversé l'océan pour arriver à Tréguennec. Anciennement, les femmes désireuses d'enfanter venait s'y frotter le ventre pour favoriser leur fécondité. L'eau de la fontaine de la chapelle aurait la faculté d'accélérer l'apprentissage de la marche chez les enfants ; aussi venait-on y tremper les jambes et le derrière des petits, sans qu'aucun d'eux n'ait certifié la véracité de cette propriété supposée.
  • Non loin de l'étang de Saint Vio, la Maison de la Baie d'Audierne vous renseignera sur les spécificités naturelles du territoire de la commune et leur préservation (dunes, marais littoraux, faunes). Sur le bord de l'étang, un observatoire ornithologique a été créé pour pouvoir découvrir presque une centaine d'espèces d'oiseaux différentes.


A noter aussi

L'étang de Trunvel, le tumulus préhistorique de Prat ar Hastel.