Warning: file_put_contents(/homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/../client/cache/parseur/da9ef28bec25d5a5f593db0bd20c36c6.cache): failed to open stream: Disk quota exceeded in /homepages/12/d349798029/htdocs/FinistereSud/www/classes/parseur/Analyse.class.php on line 129
Monts d'Arrée Finistère Sud
Monts d'Arrée

Les Monts d'Arrée restent sans doute l'endroit le plus sauvage du Finistère, et pour cause...

Le paysage ressemble à ceux de l'Irlande ou du Pays de Galles : principalement composée de landes, quasiment aucun arbre, c'est une région qui paraît aride tant les sommets sont battus par les vents, mais qui pourtant est davantage sujette aux précipitations que le littoral.


Massif montagneux ancien (point culminant à 385m contre 2000 à 3000m il y a quelques 300 millions d'années), ils font partie du Massif Armoricain et délimitent les pays de Cornouaille au Sud et du Léon au Nord.


Le mot Arrée, parfois orthographié différemment, viendrait d'un mot celte signifiant "montagne", d'après certains spécialistes. Les Monts d'Arrée sont un espace rocheux au sol très pauvre, d'une superficie d'à peu près 192 000 hectares, composé principalement de schiste, de quartzites très durs et d'une végétation basse. Au Nord, plusieurs sommets se succèdent comme le Roc'h Ruz (385m), le Roc'h Trévézel (384m), le Roc'h ar Feunteun (371m) et le Roc'h Trédudon (368m). Au Sud de ces Roc'h, on trouve les monts aux sommets plus arrondis, comme le Ménez Kador ou le mont Sant-Michel de Brasparts, constitués de grès. Ces derniers sommets, ainsi que le Ménez-Hom, à l'entrée de la Presqu'Ile de Crozon font géologiquement partie de la Montagne Noire. Vers l'Est du Mont Saint Michel de Brasparts, on trouve les marais de Saint-Michel aussi appelés Yeun Elez signifiant les "Marais de l'Ange" et qui abritent une tourbière de 1500 hectares ainsi qu'un lac artificiel, le Réservoir de Saint-Michel, anciennement site EDF.  

Les Monts d'Arrée ont longtemps abrité la population la plus pauvre du Finistère en raison de son isolement. Les terres ne donnant que peu de choses malgré de multiples tentatives de culture, les familles s'entraidaient durant les famines, les épidémies, les accouchements, etc... Peu possédaient une vache ou un cochon. Au XIXème siècle les colporteurs, appelés "pilhaouer" servaient de passeurs de denrées comme des queues de cheval, de la vaisselle, des peaux de lapin. Cet isolement, même s'il est nettement moins important aujourd'hui, a sous un autre aspect contribué à la survie des traditions comme la langue bretonne (écoles Diwan), les festoù-noz, la danse "la gavotte". C'est aussi une terre de légendes et de proverbes mettant en scène le Diable, l'Enfer, l'Ankou ou encore les Chevaliers de la Table Ronde.

Ce sont donc des espaces encore sauvages où vous pourrez vous reposer de l'agitation du littoral, découvrir les multiples nuances de jaune qui couvrent les montagnes chauves, puis vous rafraîchir à Huelgoat, bien connu pour son vert tranchant et son chaos. Une bonne partie des Monts d'Arrée fait partie depuis 1969 du Parc Régional d'Armorique, site protégé. Aussi veillez s'il vous plaît à respecter la faune, la flore et la propreté environnante. Si au détour d'un rocher vous entendez la lande bruisser, n'ayez crainte : le dernier loup aurait été aperçu en 1906, mais prenez garde à l'Ankou...

Carte du relief des Monts d'Arrée